+41 78 666 86 49 
info@refugedarwyn.ch

Gribouille s'en est allé….

Gribouille a été séquestré en 2013, avec 16 autres chevaux. Né en 1993, Gribouille a été mis directement en retraite dans une antenne du Refuge. En 2016, Céline cherchait un cheval pour tenir compagnie au sien et a adopté Gribouille. Depuis 4 ans, avec quelques ajustement pour le garder en bon état, Gribouille profitait pleinement. Mais depuis quelques semaines son état général s'est dégradé, la prise de sang ne relevant rien de concret, nous avons augmenté ses rations. La situation s'est stabilisée, jusqu'à lundi, Gribouille a un important écoulement de sang de son naseau. Le vétérinaire, pessimiste, préconisera des anti-hémorragique par im, mardi, tout est normal, hier soit mercredi, Gribouille est passé "curieusement" derrière la clôture, nous pensons qu'il a peut-être perdu l'équilibre et s'est pris dedans. Vers 17h, son nez se remet à couler, il est tout prostré. Après un bon moment d'observation, nous faisons le point de ces dernières semaines, et en ayant vécu d'autres expériences similaires, nous décidons de l'endormir pour éviter un accident plus grave ou alors de le retrouver mort dans une marre de sang. Le vétérinaire rapidement sur place, nous confortera dans notre décision….Gribouille a été d'abord sédaté et ensuite endormi...il est parti dans un grand calme et entouré.

Salut Gribouille, tu as été récupéré dans de bien triste condition de vie ( séquestre B. 71) mais au moins tu auras profité de 7 ans de belle retraite. Merci Céline pour lui…Depuis 4 ans tu lui as offert une chouette retraite et tu as su lui offrir un départ en douceur.

Gribouille

Kiki
12 ans, blessée au tendon, Kiki était une jument de débardage. Nous l'avons recueillie pour la soigner, et pour lui éviter le couteau. Après de longs mois de convalescence, Kiki va bien et peut faire de la balade. Cela n'a pas été facile pour lui trouver une place adaptée à son gabarit. Puis Olivia a craqué pour cette trrèèèèèès gentille jument aussi large que gentille. 800 kg de gentillesse, voila la description de Kiki qui s'est endormie d…ans son parc...une belle mort mais un peu brutale pour Olivia alors qu'il n'y a eu aucun signe....

Olivia a écrit son hommage....Merci pour tout ce que tu lui a offert !!! Kiki était heureuse chez toi !

A toi, notre grosse dondon, tu laisses un sacré souvenir à toute l'équipe du Refuge....Bonne route jolie dondon !

Hommage d'Olivia :

J’ai accueilli Kiki en 2015 pour tenir compagnie à ma jument. Elle est donc entrée dans ma vie comme un second voyage, comme un fait toujours extraordinaire mais avec l’inédit en moins.
Pourtant, inédit et extraordinaire, elle l’était au sens le plus strict du terme ! 800 kg de poils rouans, haute comme un bus, des sabots immenses, pouvant gober 2 pommes en une seule fois, une montagne de tranquillité et de flegme.
Kiki, plus qu’un cheval, c’était une évidence, un fait. Elle était la, faisant partie du quotidien et de la normalité, sans les esclandres que peuvent parfois amener des chevaux un peu fougueux. Ce n’est même pas tant que je comptais sur elle, elle était la, la question ne se posait pas.
Puis un dimanche, du haut de sa colline, elle est partie subitement. Sans heurts, sans cris, sans attente ou maladie. Elle est juste partie.
Ce que je voyais comme une certitude n’était plus. Sans m’en rendre compte elle avait forgé mon quotidien, à sa manière, calmement, lentement, mais sûrement. Mes choix, mes équipements, les chemins que j’empruntais et mes décisions ne semblaient pas lui être dédiés mais avec son départ, force est de constater que c’était le cas. Nombres de choses me paraissent désormais désuètes et me rappellent douloureusement son départ : mon escabeau à l’écurie, mon bus qui tracte 3,5T, mon immense van oblique, mes équipements xxl… Ce n’était pas juste une jument, c’était LA jument. Tout ce vide me brise.

Kiki a eu ce que l’on appelle une belle mort, sans souffrance, chez elle, mais également sans préavis. Autant le fait de ne pas avoir pu se préparer rend la douleur plus vive, autant je salue la destinée de lui avoir offert ce départ.

Donc aujourd’hui, le 26 janvier 2020 de part tout l’espace vide qu’elle occupait de son gros cœur tendre, il va falloir reforger une normalité, sans elle. Cela me semble pour le moment impossible mais cela viendra à la manière de Kiki, calmement, tranquillement, mais sûrement. Et elle restera à jamais ma jument, Kiki.

Kiki
Plume et Spirit
Au Refuge depuis 12 ans, 2 poneys (D) aveugles vivent leur quotidien ensemble, dans le même box, dans les mêmes parcs. Plume et Spirit ont profité d’une belle retraite, de soins journaliers, d’amour à haute doses. Mais arrivant sur l’âge (35 et 30 ans) les soucis de santé deviennent récurrents et nous étions toujours avec cette terrible question : « et si un des 2 venaient à mourir, d’une colique ou autres ?? » Nous savions que Plume pourrait continuer sa vie avec un poney calme qui lui servirait de repère mais par contre Spirit lui, c’est Plume et personne d’autre. A peine séparés, il est perdu, même au pré, il hennit dès qu’il ne la sent plus à coté de lui. Et si par malheur un autre pouvait approcher Plume même juste à coté du fil de la clôture, Spirit tape, rue…Personne ne touche à sa Plume !
 
Depuis un bon moment, Plume montre des difficultés à se déplacer, puis se couche de plus en plus souvent la journée, moins la forme, moins d’appétit…tout diminue. 
Spirit lui, nous montre des signes de « coliques » de temps à autres mais souvent grâce à l’intervention du vétérinaire, ça passe. 
Ce matin, nous faisons le bilan, et nous devons affronter la réalité, il est venu le temps de libérer Plume…elle est en souffrance malgré les anti-inflammatoires, elle se déplace très mal. 
Après concertation entre tous, nous prenons cette terrible décision que nous détestons, Plume doit s’en aller mais ce sera avec son acolyte, Spirit. 
Les 2 amis cote à côte, en broutant, se sont couché suite à la sédation, puis ont été narcosé avant l’ultime injection pour enfin partir ensemble.
Cette décision a été très difficile à prendre, mais a surtout été prise pour éviter le pire à Spirit….
 
Certaines personnes seront peut-être choquées et nous répondrons volontiers à leur interpellations en MP ou par tel, mais nous vous demandons sinon de respecter cette décision.
Au Refuge, des employés travaillent au quotidien avec ces chevaux, ils sont aussi toujours secoués de les voir partir… 
Nos bénévoles assument aussi ces décisions et sont souvent présents pour accompagner nos amis à 4 jambes, sans pleurs, même si l’émotion est bien évidement palpable, on tient le coup jusqu’à leur dernier souffle par respect.
 
Plume et Spirit ont été choyés, et je tiens à dire un énorme MERCI à Françoise qui depuis 8 ans, s’en est occupé 365 jours sur 365…pour nettoyer leurs yeux, les brosser, les choyer….une dévotion totale. Flo pour avoir offert à Plume une si longue retraite pour ta ponette de club, et à vous tous, amis, bénévoles, visiteurs, qui les avez connus…Spirit & Plume vont laisser un ENORME VIDE mais ils sont partis ensemble, et cet acte est une très grande preuve d’amour et de respect.
A vous 2, Mettez vous en pleins les yeux…le monde est à vous désormais !
Vous allez cruellement nous manquer….Salut les amis….
Plume et Spirit

Sharon

Arrivée à l’âge de 7 ans, Sharon ( jument de propriétaire) était une jument poulinière de race paint horse.

Jamais montée, Sharon a fait 3 poulains à nos côtés (Yuma, Cody, Shogan) et a profité de sa vie au pré, en troupeau. En 2010, les premiers signes d’en emphysème pulmonaire (problème pulmonaire) apparaissent. En 2016, des problèmes urinaires (incontinence) l’a fait regagné le Refuge pour des soins journaliers. Nous étions arrivés à stabiliser son emphysème grâce à un ½ cachet de prednisolone par jour (en plus de rations de foins purifiés) mais cette année, nous avons dû faire recours à des traitements plus lourds lors des fortes crises.

Chaque jour, des soins pour nettoyer les coulées d’urine sur ses jambes, des préparations maisons adaptées au besoin du jour, pour nourrir sa peau et la protéger. L’équipe du Refuge assumera ces soins, un rituel où Sharon se laisse faire, ne montre jamais un signe de défense.
Malgré tout, Sharon garde son caractère de guerrière et s’impose toujours dans le troupeau.

Dimanche 6 octobre, Sharon fait à nouveau une grosse crise d’emphysème, nous augmentons le traitement mais rien n’y fait…vendredi, son œil est éteint, et elle ne veut même plus son grain….
Nous la veillons la nuit voir si le traitement l’aide mais au petit matin, l’amélioration est si minime…Nous décidons de la soulager.
A peine sédater, Sharon s’endort rapidement….son cœur s’arrête au premier instant où le produit est injecté… c’était le moment….

Sharon, tu vas laissé un vide à tout niveau, la décision a été difficile à prendre mais tu m’as donné la force de le faire , en me donnant les signes qui ne trompent pas. Ton départ, ferme une grosse page…tu vas nous manquer, à tous …
.
A toi ma Sharonette…..22 ans, c’est tôt pour partir..mais ce qui compte c’est le nombre d’année en qualité de vie, alors rien que pour ça…je suis soulagée. Je garde de toi, ce regard si particulier et profond….Salut ma Sharon….je t’aime fort ….

Sharon

Vernec, 10 juin 2019

Il pleut partout…et encore plus dans nos cœurs.

Le lundi de Pentecôte aura été marqué par la subite disparition de notre gentil Vernec.

Vendredi, une blessure au coude suite à un coup de pied, blessure désinfectée, légèrement gonflée, Vernec ne boite pas.

Samedi, enflure diminuée, blessure propre, re-désinfection, Vernec ne boite toujours pas.

Dimanche, petite balade, avec un Vernec content et normal.

Lundi matin, lâché au pré, tout normal. Rentré du pré à 13h30, Vernec ne pose plus la jambe, il a 39 de fièvre.

Vétérinaires injoignables en ce jour férié, nous lui injectons un fort anti-douleur en IV et le chargeons pour la clinique. 45 minutes après, Vernec est sur place, il est à nouveau soulagé par injection le temps de faire les radios.

Le vétérinaire arrive à faire des bons clichés de cet endroit difficile d’accès et le verdict tombe, fracture du condyle latéral de l’humérus, aucune opération possible. Nous sommes abasourdis par le verdict et par l’issu fatale. L’anti-douleur n’agit plus, Vernec est au plus mal…nous devons très vite réagir… Sous le choc, nous regardons s’endormir ce gentil cheval avec un cœur hors norme.

3 vétérinaires nous rassureront pour nous dire, que nous n’avons rien raté, mais c’est malheureusement le pas de chance…que cela arrive, une fissure qui n’aurait pas été forcement visible à la radio, puis l’os se fragilise et casse…

Une histoire, particulièrement douloureuse, pour toute l’équipe et sa famille d’accueil.

Après avoir été utilisé comme étalon reproducteur, et cheval d’endurance, Vernec a été vendu pour se retrouver abandonné seul dans un pré, sous nourriture Séquestré en 2015, Vernec a rejoint le Refuge puis a été adopté. Vernec a retrouvé les bons côtés de l’humain et du cheval de loisirs, avec une vie parmi des congénères. D’une extrême gentillesse, Vernec est apprécié par tous, autant les chevaux que les humains.

Mais malheureusement, la vie en troupeau c’est aussi le risque de se prendre un mauvais coup, et ce gentil cheval en a payé le prix fort….

Vernec, dit Vouls, est parti trop vite, et dans des conditions qui marquent terriblement. Il nous faudra du temps pour accepter cette fatalité…
Salut Petit Vernec…un grand vide ….un gros manque se fait ressentir…on te voyait déjà parmi notre troupeau de retraités….mais la vie en a décidé autrement…
Bonne route l’Ami….tu vas cruellement nous manquer…

Vernec

Ibor, 9 mai 2019

Il a suscité l’interpellation de nombreuses personnes qui passaient devant son parc. Pourtant Ibor, n’était pas à l’abandon, mais déjà âgé de 28 ans, il avait bien l’apparence d’un vieux cheval, entre sa maigreur mais aussi la « forme » de ses jambes, et son œil opaque.

Nous l’entendons souvent, trop souvent, il est maigre parce qu’il est vieux. Non, il est maigre parce qu’il demande plus, et c’est vrai que cela demande un investissement non négligeable pour nourrir un vieux cheval avec une alimentation adaptée et fractionnée en plusieurs repas.

Et ce n’est pas forcément compatible avec la gestion de toutes les écuries.

Ibor a rejoint le Refuge le 13 août 2018, pour finir sa retraite, assurée par la prise en charge financière de sa propriétaire.

Cheval de propriétaire ou recueillis, les chevaux ont la chance de recevoir tous les soins mais aussi l’amour de notre team de bénévoles.

Ibor a touché non pas 1, ou 2 bénévole mais bien l’équipe au grand complet.

Pendant 9 mois, il a pu profité d’une retraite au coté de nos 2 aveugles, dans des parcs d’herbe en toute saison, d’un box confortable aménagé d’une terrasse et de toutes les attentions qu’il appréciait.

Mais depuis 10 jours, son corps lance des signaux….un anti-douleur offrira à Ibor, un si grand confort, qu’on le surprend à galoper au pré, même à bocquer…l’effet de l’anti-douleur s’attenue, Ibor continue à profiter des jours suivants, au soleil, dans la belle herbe de printemps. Puis la réalité nous rattrape, sa jambe se remet à trembler, moins fort mais les tremblements sont bien là.

C’est la que nous devons laisser l'émotionnel de côté et faire le constat de son état de santé, et nous en concluons qu’Ibor devient prisonnier de son corps, et que les divers signaux nous mettent aussi en garde du pire…et nous voulons à tout prix éviter le moment de cette urgence, de retrouver Ibor couché, que ses jambes cèdent….

Il est toujours difficile de prendre contact avec le vétérinaire pour prendre rendez vous pour cet acte, tout prévoir pour le départ d’un de nos amis à 4 jambes.

Et pourtant, il le faut, car c’est aussi cet acte qui prouve l’amour et le respect qu’on leur porte.

Ibor, tu as profité de 9 mois au Refuge, tu es arrivé très maigre, et tu es reparti tout rond, du haut de tes 29 ans, c’est entouré que tu t’es endormi pour rejoindre, ce monde sans barrière et sans douleur….

Salut à toi, grand Ibor, tu laisses en chacun de nous une empreinte particulière…

Hommage de Natacha, une de nos bénévoles particulièrement attaché à Ibor :

On rencontre, on fait connaissance et on crée des liens avec ces êtres qui partagent nos vies....ils arrivent chacun avec leur histoire (quelle qu’elle soit), leur caractère, leurs blessures (qu’elles soient physiques ou psychologiques) et il faut “juste” prendre du temps pour les écouter et les observer pour comprendre...

Toi... ❤ tu es venu au Refuge un 13 août 2018, je me suis assise dans ton parc et je t’ai observé longuement et tu m’as tout raconté. Tu es venu à ma hauteur et tu es resté là à côté de moi sans bouger de longues minutes à regarder devant toi comme pour dire que c’est ça qui te manque...de la compagnie et beaucoup d’attention et d’amour.

9 mois parmi nous où tu nous a montré toute cette tendresse et gentillesse qui te définit tellement bien et cette force tranquille tel un grand sage. Je sais que tu seras toujours là parmi nous...

C’est sûr aujourd’hui, même si c’est juste, c’est dur mais je ne regrette rien de ce que j’ai pu donner...on est bénévole pour le meilleur et pour ce qui est difficile aussi....c’est comme ça...on le sait tous mais on reste toujours unis, on se relève et on continue....le combat est long...

Belle route à toi mon ami ! ❤

Je te l’ai déjà dis Anouk....mais je le redis encore...merci à toi de lui avoir ouvert tes portes et qu’il ai pu profiter de ces 9 mois au Refuge ❤?

Ibor

Adresse

Chemin du Clos 15
1233 SEZENOVE (Geneve - CH)

TEL : 00 41 78 666 86 49

Conditions générales liées au shop

Coord. bancaires sur Suisse

Refuge de Darwyn

1200 Genève
CCP N° 17-228647-4
Refuge de Darwyn
IBAN : CH07 0078 8000 U327 1271 4

Coord. bancaires sur France

Crédit Agricole

RIB 18106 00036 94719 748050 87
IBAN: FR76 1810 6000 3694 7197 4805 087
BIC AGRIFRPP881